Je devais avoir 18 ans tout juste quand j'en suis tombée amoureuse. Depuis cet amour ne m'a pas quittée, il est fidèle. J'essaie de le voir au moins une fois par an. Et à chaque fois, je le redécouvre, je le caresse du regard, il me comble.

Allez, je vous raconte notre première rencontre !
J'avais donc dix-huit ans, je suis montée à Paris pour prendre le train qui allait m'emmener vers lui... J'ai voyagé de nuit, chaque minute me rapprochait de cet amour. Je suis arrivée à Valence en fin de matinée, le soleil brillait, il devait faire 35 ou quarante degrés. Je me souviens de cette chaleur qui caressait mon corps, et il était là pour m'accueillir dans ses bras.
Je suis sortie de la gare, et déjà le parfum entêtant des fleurs m'ennivrait, il y avait beaucoup de monde. La ville m'a happée, je me suis laissée conduire .. mes yeux n'en pouvait plus de tout regarder. Je foulais son sol pour la première fois.
Il a su me conquérir, me séduire, et je l'aime encore aujourd'hui.

Je dois - j'espère - retourner le voir cet été, et je sais qu'il m'accueillera à nouveau avec sa douceur,  la chaleur de son soleil. Il est des choses qu'on n'oublie jamais... Il est aujourd'hui une de mes raisons de vivre, sans lui je me meurs.
Il a un accent chantant, un accent qui sent bon la Méditerranée. Je l'aime.

Mais je dois vous révéler que celui dont je vous parle depuis quelques instants déjà n'est  pas celui que vous croyez, parce que lui je l'ai déjà rencontré maintes et maintes fois, et maintes et maintes fois il m'a prise dans ses bras.
Non, détrompez-vous, ce n'est pas un homme, c'est un pays, un pays que j'aime par-dessus tout, un pays où je retourne régulièrement. Ce pays, c'est l'Espagne, berceau de tant de souvenirs.

España, te quiero.

BCN56alcala4inv_esp_toledo_cristodelaluz_1